La promesse de l'aube- Romain Gary

Publié le par Orchidee

Ce livre est ma première rencontre avec Romain Gary.

Un récit aux allures autobiographiques où le héros nous décrit sa relation avec sa mère. Une relation trés fusionnelle, avec un amour maternel sans faille...
Une mère élève seule son fils en Russie. Elle ne voit que par et pour le bonheur de celui-ci. Elle lui répéte sans cesse qu'il sera un HEROS, un AMBASSADEUR de France (ce pays magique où tout est possible).
Romain grandit avec ces idées en tête, avec cette "promesse" qu'il a faite enfant à sa mère de devenir "quelqu'un".

Puis elle disait :
- Tu seras ambassadeur de France.
Je ne savais pas ce que c'était, mais j'étais d'accord. Je n'avais que huit ans, mais ma décision était prise : tout ce que ma mère voulait, j'allais le lui donner.
- Bien, disais je nonchalamment.



-Je sais bien que c'est ta mère, mais c'est tout de même beau, un amour comme ça. Ca finit par vous faire envie... Y'aura jamais une uatre femme pour t'aimer comme elle, dans la vie. Ca c'est sûr.
C'était sûr. Mais je ne le savais pas. Ce fut seulement aux abords de la quarantaine que je commençais à comprendre. Il n'est pas bon d'être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ca vous donne de mauvais habitudes. On croit que c'est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu'à la fin de ses jours. Après cela, chaque fois qu'une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son coeur, ce ne sont que des condoléances.


Le lecteur suit le héros dans son enfance russe puis polonaise, niçoise, puis dans l'armée française pendant la guerre.
Le héros est habité par une énergie vitale (issue de la relation à sa mère) qui semble le pousser à vouloir toujours plus.

Je croyais à la beauté et donc à la justice. Le talent de ma mère me poussait à vouloir lui offrir le chef-d'oeuvre d'art et de vie auquel elle avait tant rêvé pour moi, auquel elle avait si passionément cru et travaillé. Que ce juste accomplissement lui fût refusé me paraissait impossible, parce qu'il me semblait exclu que la la vie pût manquer à ce point d'art.



Le style est trés fin, souvent drôle, parfois poétique. Je me suis assez vite attachée au personnage souriant avec lui de ses erreurs, de  ses joies, ou des mensonges nécessaires à faire pour toujours donner à sa mère l'illusion qu'il est quelqu'un de bien. Certaines descriptions (le nom des morts à la guerre) m'ont un peu gênées. Globalement, une belle rencontre.

D'autres avis sur
Enlivrez-vous
Clara Bee

Ailleurs ?

Publié dans Lectures

Commenter cet article

vanillabricot 10/05/2009 15:12

Ca va sonner répétitif mais je te conseille aussi vivement "la vie devant soi" qui a été un de mes coups de coeur de l'année dernière. La promesse de l'aube s'ennuie dans ma bibliothèque, il faudra que j'aille la ressortir un jour et que je lise enfin ce livre!

Cécile2Quoide9 09/05/2009 03:51

Accessoirement je t'ai tagouillée

Orchidee 09/05/2009 09:29


@cécile : oui j'ai vu le tag, je m'en occupe en début de semaine prochaine


Cécile2Quoide9 08/05/2009 07:18

Un superbe livre en effet.Je te conseille vivement "au delà de cette limite votre ticket n'est plus valable" et "La vie devant soi" et "Lady L." ainsi que l'excellent recueil de nouvelles dont j'ai parlé récemment (voir mon répertoire des auteurs) "Les oiseaux vont mourir au Pérou"

Stephie 07/05/2009 20:03

Oui, une belle autobiographie. La chute quant à la relation avec la mère m'a réellement émue.

Orchidee 09/05/2009 09:30


@stephie : j'ai aimé la façon dont l'auteur décrit le héros toujours en quête de mieux pour sa mère ...


Aude 07/05/2009 09:22

Il y a longtemps que je me dis que je devrais le lire ce livre.

Orchidee 07/05/2009 11:29


@aude : oui c'est un trés beau récit sur la vie et l'amour maternel ! quelle style d'écrtiture !