Nullarbor-David Fauquemberg

Publié le par Orchidee

Ce livre a eu le prix "Nicolas Bouvier" au festival étonnants voyageurs de Saint Malo.


Un peu de géographie ...

La plaine de Nullarbor est une vaste région d'Australie, plate, presque sans arbre, aride ou semi-aride, qui se trouve immédiatement au nord de la grande baie australienne ; elle occupe une superficie d'environ 200 000 km².

4ème de couverture
À l'orée des années 2000, un jeune homme traverse, seul, le Grand Ouest australien. Une échappée, plus qu'un voyage, par-delà les confins désolés de la plaine de Nullarbor. Et la découverte pour le lecteur d'une Australie loin des clichés faciles, âpre, cruelle, où les êtres semblent se perdre, au sens strict se défaire, dans l'immensité du paysage. Une campagne de pêche hallucinante dans l'océan Indien, quand les hommes ne sont plus que machines à tuer, précipite la fuite en avant, toujours plus au nord. C'est en naufragé, éreinté, que le narrateur vient s'échouer à Broome, puis sur les terres aborigènes de Wreck Point. Une main se tend alors, la dernière. Celle d'Augustus, ancien de la tribu Bardi, qui lui ouvre les portes d'un ailleurs fantastique. Mais il est bien trop tard. Et la nature hostile resserre son étreinte. Récit singulier, sombre et sans fard, qui fait songer par son intensité au Fargo des frères Coen, d'un «monde sans prudence, où tout n'est que violence et ruine». Et la révélation d'un talent dans la lignée des plus grands écrivains voyageurs.


Un récit de voyage...
Avec beaucoup de dureté, de solitude sous un climat aride.
Une campagne de pêche sanguinaire donne au héros le désir de fuir, fuir loin de ces horreurs ...
(à la pêche d'un requin)
Curt lui a assené un coup de pied dans la tête. " Tiens, connard, pour les thons !" Au moment où il essayait de le tourner sur le ventre, le requin s'est détendu et l'a mordu au genou. "Ah le bâtard" Perdant tou contrôle, Curt a roué de coups lel ventre de la bête, qui rendait un son sourd et cartilagineux. Il fulminait, le couvrait d'injures, lui reprochait tous les maux de la terre, d'avoir fouttu le bordel dans les lignes, d'avoir bouffé nos thons. D'être un requin en somme. [...] Il a pris le couteau pour trancher les ailerons...il s'est mis à tailler des motifs géométriques sur le flanc du requin.


La rencontre avec Augustus, l'aborigène, permet au narrateur de découvrir un monde inconnu aux rites et croyances bien différentes de celle de la pensée occidentale. Un monde où les morts se transforment en oiseaux pour vous surveiller... et "frappent" à la fenêtre pour vous réveiller...

Au delà de cette découverte "culturelle", le héros apprend au fond de lui à travers les différentes expériences qu'il vit dans ce roman.


Un roman particulier mais intéressant, à l'écriture tourmentée et violente. Il m'a manqué une petite carte de géographie pour mieux suivre le héros... (c'est peut être mon côté explorateur).

d'autres avis
Chez sophie

Publié dans Lectures

Commenter cet article

Djaphil 31/05/2009 10:30

Si vous souhaitez lire quelques extraits de son nouveau roman Mal Tiempo (sortie le 26 août 2009), vous pouvez visiter le tout nouveau site de l'auteur : http://david.fauquemberg.com. On retrouve de larges extraits de ses oeuvres ainsi que différents articles de presse.

bzzz 12/03/2009 21:10

Tu te mets au roman d'aventure maintenant. Tu ne copierais pas un peu sur Sylvie???

Orchidee 13/03/2009 10:06


@bzzz : comme tu as pu le constater chez moi, je lis aussi des trucs psychologiques ... mais pour l'instant je n'ai pas envie d'en parler ...
alors oui ça ressemble à sylvie , mais promis je me remets aux romans et j'arrête les récits de voyage -combien de temps ?- ton zweig est maprochaine proie


Géraldine 11/03/2009 23:35

Mais en même temps, s'il a eu le prix Nicolas Bouvier lors d'un festival Breton, ce doit être un livre hors du commun !!

Orchidee 12/03/2009 18:40


@géraldine : un récit de voyage dur à lire oui, mais un livre à part aussi ...


Géraldine 11/03/2009 23:34

Un récit de voyage certainement très intéressant mais pas forcément très facile et distrayant à lire non ?!

Jules 11/03/2009 17:03

Un livre que je veux lire depuis longtemps, mais ton avie me refroidie un peu, je n'aime pas la violence!

Orchidee 12/03/2009 18:41


@jules : si ce livre te tente, il faut essayer, tu peux aussi aimer la description de la relation du narrateur avec augustus