La valse lente des tortues-Katherine Pancol

Publié le par Orchidee



L'histoire
Ce roman est la suite de "les yeux jaunes du crocodile". On y retrouve donc les mêmes personnages  avec quelques nouveaux visages qui sont les nouveaux voisins de Joséphine puisqu'elle a déménagé dans un quartier huppé parisien suite à son succès littéraire. Tout pourrait être pour le mieux dans le meilleur des mondes mais Jo est en proie à de nouveaux dilemnes:
- En même temps qu'elle reçoit un colis avec les derniers effets d'Antoine, une carte postale signée de sa main arrive chez elle... Antoine est-il vivant ?

- En même temps qu'elle tombe amoureuse de son beau-frère Philippe, sa fille Zoé s'éloigne d'elle. Comment garder l'ammour de de ceux qu'on aime ?

Ces deux intrigues centrales, selon moi, sont mêlées à d'autres plus ou moins intéressantes : des meurtres dans le quartier, un Luca de plus en plus mystérieux, une Josiane envoutée, Myléne partie en Chine, et Iris-splendide Iris, beaucoup mieux décrite que dans le "crocodile"- de plus en plus noire...

Toujours un peu les mêmes idées centrales :
-il faut travailler pour réussir
Iris (page 61 du roman): Quelle pauvre réussite que celle qui ne vous appartient pas, celle qu'on ne se forge pas, qu'on ne construit pas pierre à pierre !

- il faut être bien dans sa peau pour avancer
Joséphine (page 76) : Luca me traite comme jeme traite moi. [...]Je suis cette morte qui décolore les mots. Qui décolore sa vie. Depuis de jour où ma mère a choisi de sauver Iris.[...] Tout glisse sur moi. Je ne revendique rien.Je ne m'approprie rien.

- Il faut aimer la vie au naturel
Gary (page 452) : je voudrais rencontrer une flle qui ne sache pas "faire", qui n'ai pas de plan de carrière, qui ne sache pas comptet, pas conduire, même pas prendre le métro. Une fille qui vive dans les livres en buvant des litres de thé, en caressant son vieux chat enroulé sur son ventre ! (ouah , c'est moi !!! ou presque !)

-
maitriser ou pas ses sentiments ?
Hortense (page 225) : L'émotion est un luxe qu'elle ne pouvait s'offrir. A chaque fois qu'elle était sur le point de succomber, elle bloquait tout. Clic, clac, elle fermait les écoutilles. Et ainsi, elle continuait à être de bons conseils pour elle même; Elle restait sa meilleure amie; c'est le problème avec les émotions, elles vous torpillent. Vous éparpillent en mille morceaux. Vous tombez amoureuse et tout à coup  vous vous trouvez trop grosse, trop maigre, trop petits seins, trop gros seins, trop basse sur pattes, trop haute sur pattes, trop grand nez, trop petite bouche, cheveux gras, stupide, ricanante, collante, ignare, moulin à paroles, muette. Vous n'êtes plus votre meilleure amie.

mon avis
J'ai aimé les références moyen-âgeuses du livre , même si elles m'ont semblé beaucoup moins belles que dans le "crocodile".
J'ai aimé retrouver les personnages du "crocodile", même si sans doute j'aurais du attendre avant de me lancer dans la "valse des tortues", pour que chacun d'eux ait eu le temps de me manquer... Mais Joséphine est vraiment trop bonne : est ce possible de n'avoir jamais une once de perversion ou de méchanceté en soi ? Je ne crois pas... pourtant, Iris a beau être des plus méchantes avec Jo, Jo l'accueille chez elle à bras ouverts... non, non et non , moi je ne pourrais pas !
J'ai été un peu gênée par le côté esotérique du livre : on y parle de marabout, de deuxième vie sur terre, d'envoutement et ça je n'ai pas du tout accroché... sans doute mon côté cartésien...

cependant, cette valse s'est lue sans difficulté à rythme plutôt endiablé... C'est un peu "quelques grammes de tendresse dans un monde de brutes" et ça fait du bien, énormément de bien... juste que ce n'est pas la vraie vie et je le sais parce que moi même je suis parfois (un peu) mauvaise !


 

Publié dans Lectures

Commenter cet article